Hapsatou Sy est une serial entrepreneure, experte en cosmétiques avant d’être la présentatrice TV que l’on connait toutes. Passionnée par ses métiers, auteure d’une biographie remplie de conseils inspirants, « Partie de rien », Hapsatou aime transmettre son ambition, son énergie et sa vision de la réussite.

Hapsatou, vous avez récemment publié un livre “Partie de rien”, pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Le titre “Partie de rien”, c’est un peu une provocation car je suis convaincue qu’on ne part jamais de rien. On part des valeurs transmises par nos familles et de notre environnement aussi difficile soit-il. C’est de là que nous puisons la force de créer des opportunités. Ce livre, c’est mon parcours que je raconte avec la plus grande transparence. Je ne me contente pas de raconter mon histoire, je donne aussi des conseils et j’invite le lecteur à questionner son parcours et à écrire sa propre histoire à mes côtés. C’est un livre participatif.

Vous assumez vos échecs comme vos succès…

Oui, loin des paillettes, je raconte mes difficultés, mes échecs. Aujourd’hui, la plupart des gens qui ne se lancent pas disent avoir peur de l’échec, peur d’être montrés du doigt. Mais l’échec c’est positif parce que ça veut dire qu’on a essayé et donc appris. Avec mon livre, j’’avais envie de partager l’énergie que j’avais regagné après un échec douloureux, notamment le pire, ma liquidation judiciaire : j’ai dû licencier une centaine de personnes et fermer 17 points de vente. 3 semaines plus tard, je créais une nouvelle boîte. Cet échec m’a appris beaucoup de choses et aujourd’hui je développe mon entreprise 4 fois plus vite. Ce qui est important c’est l’atterrissage. Pour pouvoir rebondir en atterrissant, il faut se préparer à échouer. Mieux on est préparé à l’échec, mieux on le vis. Je pense qu’il faut changer la définition du mot échec : mot positif qui désigne l’expérience vécue !

D’où vous vient cette envie de transmettre ?

Je pense que c’est une obligation pour un entrepreneur. Chaque entrepreneur a croisé sur son chemin des gens qui se sont arrêtés et ont donné un peu de leur temps. On ne peut pas être égoïste quand on est entrepreneur : rien ne vaut le témoignage et le partage d’expériences. Le partage c’est fondamental pour moi. J’organise d’ailleurs des soirées ambition dans mon showroom pour rebooster les porteurs de projets et les aider à se visualiser entrepreneurs. On doit concrétiser son rêve dans sa tête pour qu’il devienne réalité.

Et votre message est qu’il n’y a pas de milieu privilégié pour entreprendre ?

Exactement. Tu peux naître dans une famille aisée, avoir un million pour commencer ton business et tout perdre parce que l’école de la vie ne t’aura pas transmis les fondamentaux pour réussir. Tu peux grandir dans un quartier, avoir un euro en poche et en faire un million en puisant de la force dans tes douleurs et dans tous les “ce n’est pas pour toi, tu n’y arriveras jamais” reçus. On a la force de notre histoire et si on est attentif, il y a plein de choses à aller y chercher qui vont créer des opportunités. Quelqu’un qui est né dans l’abondance n’est pas forcément plus riche. La richesse peut se mesurer autrement qu’en euro !

Considérez-vous que vous avez une responsabilité envers les jeunes générations ?

Complètement. Quand on a une marque de cosmétiques (Hapsatou SY, www.hapsatousy.com), on a une responsabilité sociale, celle de proposer d’autres modèles. Les égéries Hapsatou Sy par exemple sont belles parce qu’elles ont fait des choses. L’époque du “sois belle et tais-toi” est révolue, vive le #soisbelleetfais ! Petite, on me disait que c’était impossible, j’ai gardé en tête cette phrase : “L’impossible recule toujours quand on avance”. La méritocratie existe mais pas suffisamment, nous devons dire à nos enfants que c’est possible, qu’il faut essayer, que le “non” et l’échec sont positifs. J’ai cette responsabilité de crier mon message pour qu’ils l’entendent.

Et en tant que femme quel est votre rôle ?

Etre une femme n’est pas un combat. Je refuse qu’on dise aux jeunes que leur genre ou leur origine est un prétexte à l’échec. Avec un message positif, on transmet de la force et de l’énergie pour repousser l’impossible ! Les gamins et les gamines auront d’autres modèles si nous leur en donnons. Je suis dirigeante, je décide des règles de mon entreprise. Tant que les femmes ne prennent pas le pouvoir, les hommes sont bien à leur place, ils s’installent et ils ont bien raison. On hésite, on attend l’autorisation, on observe mais le monde ne changera que par nos actions. C’est à nous toutes de casser les codes qui nous ont fait croire que tout n’était pas possible pour nous les femmes, et nous les femmes noires. Il ne faut pas attendre qu’on nous laisse la place, il faut la prendre !

Quel est votre modèle de réussite ?

J’espère avoir la même liberté qu’Oprah Winfrey qui aujourd’hui, à 60 ans, dit : “je ne me maquille pas, je n’ai plus rien à prouver”. J’espère mourir en chantant Edith Piaf “Je ne regrette rien”. Mais avant ça, j’espère pouvoir révolutionner l’industrie des cosmétiques.

Quelle leader êtes-vous ?

Je suis visionnaire. J’aime le fait de ne pas savoir, j’aime les gens qui n’ont pas peur de dire qu’ils ne savent pas, c’est ce qui fait progresser. J’accepte l’erreur sans problème et j’essaie d’accompagner les gens qui se plantent pour que demain ils se plantent peut-être un peu moins. Je suis une perfectionniste qui aime les imperfections. Je n’ai pas envie de passer mon temps à montrer que je suis la chef, je veux travailler dans une bonne ambiance et ne surtout pas micro-manager. Peu importe si tu sais faire ou pas du moment que tu as l’envie et la détermination. Je crois que personne n’a la science infuse et que la réussite passe par une équipe. Bien recruter c’est recruter meilleur que soi parce que ça t’emmène vers le haut. Et puis plus largement je crois que l’impatience est autant un défaut qu’une qualité, que le rêve est concret, et que la folie est une qualité formidable !

 

Pour une dose d’ambition, commandez le livre d’Hapsatou SY >>
Pour une dose de bonne humeur, découvrez les produits Hapsatou SY >>
Pour retrouver l’interview complète, RDV sur le blog >>

>> VISIONNEZ LA VIDEO ICI <<