Serial entrepreneuse, Delphine Remy-Boutang est engagée depuis plusieurs années pour une meilleure représentativité des femmes dans le numérique. Elle a créé son agence de communication digitale « the bureau », co-fondé La Journée de la femme digitale – La JFD, évènement majeur de l’écosystème numérique à destination des femmes professionnelles – et fondé le club JFD Connect, pour les influenceuses du business.

Delphine, décrivez-nous l’offre unique que vous avez créé autour du digital ?

Je suis fondatrice de l’agence de communication digitale the bureau que j’ai monté il y a 5 ans, à Paris et à Londres, et qui aide les marques à avoir une présence digitale. Je travaille également sur le rayonnement du club JFD Connect parce que l’évènement Journée de la Femme Digitale est un point d’orgue mais on ne peut pas changer le monde en un jour ! Le JFD Connect permet à des femmes à forte capacité d’influence de se retrouver. J’ai créé le JFD Connect l’année dernière, nous avons 100 femmes membres. L’objectif est d’avoir 200 femmes à la fin de cette année.

Le digital est un accélérateur de rencontres (comme Feminalink !) mais il ne remplace absolument pas les rapports humains. C’est comme un feu qu’il faut alimenter et prolonger dans la vraie vie. Je vous le dis en exclusivité : le JFD Connect va devenir un lieu physique ! Parce que les plus belles histoires commencent au bureau, et qu’innover c’est d’abord échanger, nous allons permettre aux femmes de se rencontrer toute l’année à l’agence #ConnectForSuccess

Comment avez-vous pris conscience du rôle que vous pouviez jouer auprès des femmes ?

Comme disait Simone de Beauvoir, “on ne naît pas femme, on le devient”, mon engagement est né petit à petit. J’ai travaillé longtemps chez IBM, un monde techno et très masculin. J’étais souvent la seule femme au milieu d’hommes ; des hommes merveilleux qui m’ont donné ma chance, mais j’ai eu envie moi aussi de donner leur chance à d’autres femmes, à toutes les femmes.

Je leur dis d’y aller, d’arrêter de subir, de devenir actrices de leur vie et du monde de demain. Les femmes sont sous-représentées dans le secteur du numérique (28%), dans la création de startups (10%), dans l’entrepreneuriat sportif (2%). Le numérique est une formidable opportunité qu’il faut saisir. Je veux aider à rééquilibrer le monde, d’où l’engagement de la JFD :  #ForABetterWorld.

Le digital pour vous… c’est aussi glamour ?!

Ce que j’essaie d’apporter avec la JFD c’est une nouvelle vision du numérique : oui le digital peut être glamour ! Je veux présenter de nouveaux role models, divers, accessibles et moins intimidants. Plus on aura de role models, plus on pourra se dire que c’est possible. Il y autant de manières d’entreprendre et d’intraprendre qu’il y a d’individus, et chacune de nous doit trouver son verbe d’action.

Qu’avez-vous le sentiment d’avoir apporté avec ce grand rassemblement autour du numérique qu’est la JFD ?

J’espère avoir mis ma pierre à l’édifice. La première année, on était 500. Cette année, nous étions 10 000. Mon combat féministe, c’est l’égalité dans le numérique, et j’espère que de plus en plus de femmes voient cela comme une vraie opportunité à saisir, pour être actrices du monde de demain. Avec la JFD, nous disons aux femmes : “Montrez-vous !”.

C’est aussi pour cela que j’ai créé un prix, le Prix Margaret, qui met avant ces femmes entrepreneures et intrapreneures et permet de multiplier les role models disponibles. Il faut arrêter de choisir entre s’adapter et renoncer : il faut recréer ! On doit créer l’entreprise de demain. Pour cela, il n’y a qu’une solution : avoir de l’optimisme et de la volonté, et être convaincues que c’est une opportunité.

Pour accompagner ces changements, votre meilleur conseil aux femmes ?

N’écoutez pas les conseils ! Soyez vous-mêmes, soyez fortes. La perfection n’existe pas. Il faut lâcher prise. La solution est en vous, pas la peine de la chercher ailleurs. Aujourd’hui plus que jamais nous avons besoin de donner du sens à notre travail. J’en suis convaincue, 2017 sera l’année de l’engagement. Nous devons encourager les femmes à réfléchir pour trouver les solutions et vraiment changer les choses. Pour moi, cela passe par la visibilité et je crois qu’il faut multiplier les accélérateurs de visibilité comme la JFD ou Feminalink. Il faut prendre la parole, et la prendre sur le web !

Revivez l’édition 2017 de la Journée de la Femme : lajourneedelafemmedigitale.fr
Découvrez l’agence the bureau : www.thebureau.fr

Vous avez aimé cette interview ? Découvrez le portrait de Fanny Heucq, fondatrice de Dillettantes, la Maison du Champagne!

We are social ! Retrouvez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram & Linkedin 😉